BLOG

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune actualité

 

 

 

Il fut un temps où les petits d’hommes naissaient princes et princesses, rayonnant d’une belle lumière et résonnant des belles harmonies de l’amour inconditionnel

Chacun était appelé à devenir roi ou reine de son royaume intérieur, chacun contribuant alors au bonheur des autres autant qu’à son propre bonheur.

 

Si les Maîtres de la Lumières s’en réjouissaient, il n’en était pas de même des Maitres de l’Ombre. Éblouis par tant de luminosité, ils cherchèrent à trouver un moyen pour que tout cela fut moins lumineux.

 

Ils inventèrent quelques roueries de leur cru et arrivèrent à implanter petit à petit dans l’esprit des petits d’hommes l’idée suivante : l’amour est conditionnel.

A l’origine « cadeau de naissance », l’amour allait devenir une denrée qui se mérite. Il y avait, insinuèrent-ils, des choses à faire pour mériter l’amour : rester petit ou se dépêcher de grandir, ne pas explorer librement le monde, ne pas sentir ce qu’on ressent, ne pas être proche et bien d’autres inepties encore ! Certains arrivèrent même à faire croire qu’il fallait faire des efforts, être fort, être parfait ou encore faire plaisir. Le plus extravagant est qu’ils arrivèrent à faire croire qu’il fallait se faire si insignifiants qu’on pourrait ne pas exister !

Le son du désordre, le bruit du chaos et l’obscurcissement s’installèrent progressivement sur terre, créant incompréhension et souffrances.

 

Pendant des siècles et des siècles, les Maitres de la Lumière envoyèrent des émissaires pour tenter de réparer le mal qui avait été fait. Certains furent écoutés, d’autres furent exécutés. Mais le désordre était toujours là.

 

Un jour, une voix se mit à dire : « HATEZ….   HATEZ….  HATEZ… vous, tranquillement de revisiter votre vision du monde ». Ceux qui entendirent cette voix étaient convaincus qu’il est possible de changer, en commençant par soi. Ils proposèrent des antidotes dans le genre : C’est permis d’exister, c’est permis de penser par soi-même, tu peux explorer le monde, tu peux être proche, tu peux réussir à ta mesure, tu peux grandir…  La petite lumière intérieure commença à se réanimer chez certains, doucement, progressivement.Une brèche fut ouverte, enfin. On proposa aussi des Protections. L’économie des chauds doudous fut rétablie. On parla de contrat et d’autonomie. De nouvelles voies de coopération furent ouvertes pour que de nouveau, le chant de la vie soit possible

Petit conte écrit pour la soirée des au-revoir SEMLATE 2022 à Barbaste (47)

Image bougies bonne année 2022 .jpg
Couple_et_lumières.png
flower-of-life-2648527__340.png